La guerre russo-ukrainienne fera flamber le prix du pain

À eux deux, la Russie et l’Ukraine totalisent environ 14 % de la production mondiale de blé, avec près d’un tiers des exportations mondiales de cette denrée

La guerre qui dure désormais depuis 10 jours entre la Russie et la nation ukrainienne, longtemps connue comme étant le grenier de l’Europe, devrait faire flamber les prix des produits à base de farine tels que le pain, les pâtes et les biscuits.

Depuis le début de la guerre, les prix du blé ont atteint leur plus haut sommet depuis 14 ans.

À eux deux, la Russie et l’Ukraine totalisent environ 14 % de la production mondiale de blé, avec près d’un tiers des exportations mondiales de cette denrée.

Dans ce contexte de guerre menée par la Russie en Ukraine, la hausse des prix des matières premières agricoles s’est accélérée, cette flambée des prix pourrait aggraver l’inflation qui affecte les produits alimentaires à l’échelle mondiale.

La fermeture de nombreux ports ukrainiens sur la mer d’Azov et la mer Noire aggrave encore plus cette situation problématique.

À un moment où le prix du blé a atteint des niveaux historiques, l’huile de tournesol et le soja se trouvent aussi confrontés à des risques similaires.

Quant aux prix des engrais, ils continuent d’augmenter de leur côté. Les développements récents de situation démontrent l’ampleur de la dépendance du secteur agricole vis-à-vis de la Russie et de l’Ukraine, qui sont les principaux pays producteurs.

Certains experts ont déclaré que le blé atteindrait bientôt un sommet historique de 13,17 dollars le boisseau, un plafond inédit depuis 2008.

La hausse des prix du blé a également un impact sur les prix des autres denrées alimentaires, telles que la viande ou encore le maïs.

Au cours de la semaine dernière, le prix du maïs a bondi d’environ 20 %.

Bahattin Gönültaş, Dilara Zengin Okay AA / Washington / Bahattin Gonultas et Dilara Zengin* Traduit de l’Anglais par Mounir Bennour.