Ministre espagnole aux dirigeants européens :  »Ne nous rendez pas complices du génocide à Gaza »

La ministre espagnole des Droits sociaux par intérim, Ione Belarra, a appelé à rompre les liens avec Israël, à lui imposer des sanctions et à le poursuivre devant la Cour pénale internationale pour avoir commis des crimes de guerre à Gaza

La ministre espagnole des Droits sociaux par intérim, Ione Belarra, a lancé, samedi, un appel aux pays de l’Union européenne pour réagir.

 »Agissez. Ne nous rendez pas complices du génocide israélien dans la Bande de Gaza », a-t-elle dénoncé.

Dans une vidéo postée sur la plateforme X, Ione Belarra a indiqué :  »Après cette nuit infernale à Gaza, j’ai un message très simple, mais très important pour les dirigeants européens : ne nous rendez pas complices du génocide. Prenez vos responsabilités. Pas en notre nom ! ».

La ministre espagnole a appelé « l’Union européenne à réagir après la récente escalade des attaques lancées par Israël dans la région nord de la Bande de Gaza et dans d’autres zones ».

Soulignant la gravité de la situation, Belarra a souligné qu' »Israël a coupé tous les canaux de communication dans la Bande de Gaza, dans une tentative délibérée de dissimuler les atrocités qu’il y commet ».

Elle a également rappelé que de nombreux Européens sont de plus en plus préoccupés par la situation.

 »Personne ne peut rien faire contre ce qui se passe à Gaza? », s’est-elle interrogée.

Belarra a également proposé plusieurs mesures concrètes que les pays européens devraient, selon elle, prendre.

La responsable européenne a, par la même occasion, appelé à rompre les relations diplomatiques avec Tel Aviv, à imposer des sanctions économiques pour dissuader les responsables des violences en cours et à demander que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu soit jugé par la Cour pénale internationale pour avoir commis des crimes de guerre contre l’humanité.

Depuis 22 jours, Israël mène une opération militaire contre la bande de Gaza, baptisée « Épées de fer », qui a rasé des quartiers entiers et tué 7 703 Palestiniens, dont 3 195 enfants et 1 863 femmes, en plus de 19 743 blessés à des degrés divers.

Londres / Aisu Beser *Traduit de l’arabe par Hajer Cherni